blog

... En 1967 avant d’entreprendre des études dites « sérieuses », j’étais inscrit dans une école d’art à Paris. J’y suis resté peu de temps. Pourquoi ?

Une gouache, mal placée derrière la vitre refléteuse d'un antiquaire fermé, mais elle s'est agrippée et ne m'a plus lâchée, jusqu'à ce jour où je suis rentré...

Dubuc et Marseille, cocktail enivrant très recommandable !

Témoignage de Christophe  J. sur sa gouache "Le port de Marseille“

Commentaire éclairé de l'un de nos visiteurs à propos de son tableau "Le Clown Blanc"

La liberté, c’est je crois ce qui caractérise tout d'abord cet artiste. Cette liberté qui fût le moteur principal de son existence chaotique, rude et joyeuse. Elle se retrouve dans la plupart des peintures de Roland.

Commentaire de Jean-Paul Villain, ami, expert et ancien galeriste de Roland Dubuc à propos du don des époux Staub.

Un grand bonjour à mes amis Kurt et Ursula STRAUB
Roland serait très fier de votre don. Il sait que nous pensons à lui et doit être fier de voir que sa renommée va chaque jour grandissante.
Sacré Roland, comment pourrait-on t'oublier ?
JP VILLAIN

Deux toiles nées en 1991 sous le pinceau et la sensibilité artistique du peintre, d'origine normande, Roland Dubuc font désormais partie du patrimoine de la commune (Pleugriffet).

Le samedi 10 juin 2017
Belle vente chez Le Chesnay Enchères à Versailles : Une belle huile sur toile "La Rue Tholozé" de Roland Dubuc (100 x 77,5 cm) s'est vendue pour 2500 euros + les frais = 3000 euros.
Félicitations à l'acquéreur, bel achat.

« On ne peint pas avec des principes, mais avec ses tripes » affirmait Vlaminck. Ainsi en est-il de Roland Dubuc dont chaque composition semble résulter d’un défoulement, d’une irrésistible impulsion sinon de quelque furie de peindre, maîtriser l’espace pictural, soumettre la matière.

Le samedi 10 juin 2017 - Le Chesnay Enchères, vente de 3 œuvres de Roland Dubuc
2 aquarelles et une superbe huile sur toile : La Rue Tholozé à Paris - 100 x 77,5 cm. Belle estimation entre 3 200 et 3 500 euros.

Superbe couverture de la revue d'Art "Turbulences” avec une huile sur toile de Roland Dubuc.